Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Histoire de Villemoustaussou
#1
Si j'ai bien compris les données généalogiques partielles que m'a légué mon bisaïeul Louis Guiraud, il se peut qu'une grande partie de mes ancêtres viennent de ce village de l'Aude, Villemoustaussou, entre 1/8ème et 1/16ème. je ne pourrais vérifier que lorsque les archives départementales de l'Aude seront publiées en ligne fin 2012 comme cela avait été promis aux généalogistes du département. Pourquoi m'intéresser à ce village plutôt qu'autres autres lieux marquants de mes lignées ancestrales ? 1/4 de mes ancêtres proviennent de Pologne, pays avec qui je n'ai aucun lien culturel (je ne parle pas un traitre mot de polonais, ne sais rien de leur culture, de leur gastronomie, rien...), 1/8ème de mes ancêtres vivaient en Mayenne où je n'ai jamais mis les pieds et il en est de même pour le Nord et la Belgique où vivaient un autre 1/8ème de mes ancêtres. Il reste l'Aude où vivaient ou vivent encore mes grands-parents paternels, mes oncles et tantes, cousins et cousines de divers degré. Il n'y a pas que le village de Villemoustaussou mais aussi Pieusse, Preixan, peut-être Montréal (à proximité de Carcassonne, pas le Montréal du Québec ;-) ) mais c'est à Villem' (ou Villemache) que j'ai passé le plus clair de mes vacances et où vivent pas mal des membres de ma famille (du moins celle que je connais). C'est la seule racine que j'ai. J'ai passé ma vie à Bordeaux et dans sa lointaine banlieue mais ici je suis plus attaché aux personnes (famille, amis, collègues) qu'au lieu en lui même. L'histoire de Bordeaux, de Parempuyre, de Ludon-médoc n'est pas la mienne.

C'est pour ça que je m'intéresse à l'histoire de Villemoustaussou et c'est dans ce but que je crée ce sujet : pour y stocker tout ce que je peux trouver à ce sujet. Je pourrais gérer ça sous forme de favoris sur mon navigateur internet, sous forme de favoris en ligne (via un système tel que Shaarli) mais j'aimerais que l'internaute intéressé puisse apporter sa pierre à l'édifice (d'autant plus facilement qu'il n'y a pas besoin de s'inscrire sur le forum pour y participer...).

Ensuite, un jour, s'il y a suffisamment de matériel, j'écrirai une page et/ou agrémenterai la page wikipedia.
Répondre
#2
Page Histoire et patrimoine du site officiel de la mairie de Villemoustaussou
"site" [sic] de l'association Mémoire du passé de Villemoustaussou (avec quelques photos et les coordonnées des membres du bureau).
Annonce en 2011 d'un projet de bouquin sur l'Histoire de Villemoustaussou

IIIème - Vème siècle après JC :

Villemoustaussou Balcons de Saint-Bernard

Guerre 14-18 :

Villemoustaussou est un centre de recrutement d'après les extraits d'un journal posté sur ce forum et que je reproduis ici au cas où ça disparaitrait du net :

Citation :Villemoustaussou, 25 février 1915
…Je réponds tout de suite à ta demande concernant les officiers de réserve. La coupure du « Petit Parisien » concerne les jeunes soldats de la classe 1916. Il faut d'abord que ceux-ci s'instruisent et que les plus intelligents se préparent à suivre des cours pour passer officiers. Quant à moi, c'est plus simple. J'ai passé au dépôt un examen qui habituellement a lieu quinze jours avant la libération dans l'active, ou dans les périodes de réserve. Je n'avais pas jusqu'ici voulu le passer, car j'estimais ne pas avoir le temps ni les moyens de devenir officier de réserve en temps de paix.
Au feu d'ailleurs, j'étais chef de section. Réglementairement, ce doit être un adjudant ou un sous-lieutenant.
Comme un jury avait été constitué à Villemoustaussou pour un professeur de la Sorbonne, j'ai demandé avec plusieurs camarades à passer cet examen que mon instruction militaire et générale me permettait de subir. J'ai réussi, et maintenant je suis à la disposition du ministre de la guerre. Il en est qui le sont depuis le mois d'août et qui attendent depuis cette date au dépôt leur nomination. Je puis donc attendre quelque temps encore, suivant les besoins.
…On peut envisager la question pécuniaire : 1200 f. d'entrée en campagne, 250 f. d'appointements mensuels, une délégation de solde de moitié pour la femme et, en cas de malheur, qu'il ne faut pas envisager, une pension assez forte pour la femme et les enfants. Te voilà donc renseignée ; et maintenant, attendons !

Villemoustaussou, 15 avril 1915 :
... Ce matin, une circulaire ministérielle est arrivée demandant un état de proposition au grade de sous lieutenant, pour l'instruction de la classe 16, des sous-officiers pourvus du brevet de chef de section. Je suis le seul proposé.

Villemoustaussou, 9 mai 1915 :
…On n'entend plus rien dire. Le ministère de la guerre aime faire traîner les choses en longueur.
…Si Nancy n'était pas dans la zone des Armées, et si j'étais assuré d'être encore dans le Midi à la Pentecôte, je me ferais une fête d'aller vous revoir. Une chose seule serait possible, si j'étais nommé sous lieutenant : sur ma première prime d'habillement, t'offrir un voyage à Paris et moi t'y retrouver 48 heures. C'est le beau rêve que parfois j'ai caressé, mais ce n'est qu'un rêve et je te le fais partager. Il est trop beau n'est-ce pas.

Au front, juin 1915 :
…J'ai dû te dire que j'étais proposé une troisième fois comme s/lieutenant. J'attends toujours.

Au front, le 23 juin 1915 :
…Nos officiers ont disparu dans la tourmente. Il nous arrive des maréchaux de cavalerie à leur place. Ma proposition court-elle? On ne sait, car mon commandant de compagnie a été évacué, blessé.

Au front, le 26 juin 1915 :
…Ma proposition de sous-lieutenant court toujours. Il se pourrait qu'auparavant je récolte le grade intermédiaire, soit adjudant.

Ou encore :

Citation :LOIN DU FRONT - L'INSTRUCTION DES BLEUS

Lettre du Sergent DUCLOUX Désiré - 146° Régiment d'Infanterie - classe 1904 - Matricule 015262


Villemoustaussou (Aude), 24 janvier 1915
Ma bien chère Irène

C'est de ma nouvelle résidence que je t'écris. Tu comprendras alors pourquoi tu es restée quelques jours sans nouvelles. J'étais désigné pour partir au front vendredi dernier, mais voici qu'une circulaire ministérielle est arrivée, prescrivant de confier l'instruction des bleus aux sous-officiers revenant du front. Quatre compagnies de bleus sont à Villemoustaussou ; leurs cadres étaient composés en grande partie de fricoteurs n'ayant pas encore marché. Alors que je revenais jeudi soir de monter la garde à la caserne, où sont internés des prisonniers allemands, j'étais informé que mon capitaine avait désigné au commandant du dépôt cinq sergents, dont P. et moi. J'attendis donc d'être fixé avant de te faire connaître la nouvelle, comme pour ma désignation au feu. Samedi matin, le commandant ratifiait le choix du capitaine, sauf pour P.

Samedi à 2 heures, je quittai donc Castelnaudary avec 17 sergents à destination de Villemoustaussou. Me voici donc arrivé à destination. Accueil sympathique des sous-officiers de la 28° Cie, à laquelle je suis affecté. Encore quelques jours pour le dégrossissement obligatoire ; on est toujours un peu gêné quand on est transplanté dans un autre milieu. J'avais éprouvé un certain regret en quittant Pennautier, car nous vivions, là, la véritable et bonne vie de cantonnement. J'avais eu la chance de tomber sur un bon propriétaire. À Castelnaudary, ce fut la vie de caserne dans toute sa laideur et toute sa rigueur. À Villemoustaussou, nouveau régime de la paille. J'ai bien retrouvé ici mon ami Poirot qui a dégotté un lit d'une place chez l'habitant. Nos prédécesseurs ont gâté les indigènes. N'ayant pas comme à Pennautier de billet de logement, ils ont loué des chambres à 1f. la nuit. Moi, je ne marche pas. J'engueule ces braves méridionaux qui veulent vivre sur notre dos jusqu'au bout.

Quel temps doit-il faire à Nancy, car depuis six jours il pleut sans discontinuer. Quand j'aurai des économies, je m'offrirai une pèlerine caoutchoutée comme les copains. Si le "Daily Mail" insère l'article que je lui ai envoyé, je pourrai réaliser le projet que j'ai formé, mais voici quinze jours que j'ai écrit et je n'ai pas de nouvelles. Aujourd'hui, il neige abondamment. Toute la Montagne Noire est poudrée de frimas, mais cette neige n'est pas consistante. Je profite donc de cet après-midi de dimanche pour faire ma correspondance. Je vais écrire à M. et Mme S. pour les remercier d'un petit colis qu'ils m'ont adressé, comme à tout le personnel mobilisé, je crois. Le colis comprenait un petit cache-nez en laine tricotée (pas fameux), une paire de poignets en laine, une pochette de ce papier sur lequel je t'écris, un crayon, un quart de chocolat Stanislas, un carnet, 10 cigarettes, le tout accompagné d'une carte de visite, portant les meilleurs vœux des expéditeurs. Cela m'a fait plaisir.

J'ai reçu trois lettres de toi cette semaine ainsi que celle de Mme T. Je ferai mon possible pour lui en accuser réception afin qu'elle ne me taxe pas d'indifférence.
J'ai reçu aussi une carte de M. L., une lettre d'Octave qui me dit être toujours à Château-Thierry. J'ai écrit à Armand, comme au colonel du 147 ° pour mon frère, mais je suis toujours sans réponse. Je suis content des bonnes relations que tu entretiens avec Mme X. Comme cela tu formes, avec elle et Mme Y, un petit groupe qui t'apporte un peu de gaieté dans ton isolement.
J'espère que les Boches maintenant te laissent dormir tranquille. Moi aussi je suis obligé de me lever à 6 heures du matin ; c'est un peu dur, vu la saison.
P. faisait une drôle de tête à mon départ. Il m'a annoncé la venue prochaine de sa femme à Castelnaudary. Enfin, me voici tranquille pour deux mois. Vraiment, tes prières m'attirent les bénédictions de Dieu. Je m'en vais rester avec les bleus, sans plus entendre parler tous les huit jours de départ. Je gagnerai avec eux la frontière et, à cette époque, la température peut-être sera-t-elle plus clémente. C'est la seule chose que je considère. On m'a confié le commandement d'une section, soit 80 poilus, parisiens et bretons.

J'espère que Jean est raisonnable et que Simonne est plus sage et plus travailleuse. Amitiés et bon souvenir à M. Mme T. et à Mme V. Et à toi, ma chère Irène, les meilleurs baisers de ton Gaston.
Comme je préfèrerais avoir un billet de logement pour la rue de la Commanderie ! Je ne coucherais pas seul, sur la paille !
Répondre
#3
La société d’études scientifiques de l’Aude :

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.sesa-aude.com/spip.php?page=recherche&recherche=villemoustaussou">http://www.sesa-aude.com/spip.php?page= ... oustaussou</a><!-- m -->

Gallica :

<!-- m --><a class="postlink" href="http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&q=villemoustaussou&p=1&lang=FR&n=50">http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWire ... ng=FR&n=50</a><!-- m -->

Google Books :

<!-- m --><a class="postlink" href="https://www.google.fr/search?q=villemoustaussou&btnG=Chercher+des+livres&tbm=bks&tbo=1&hl=fr">https://www.google.fr/search?q=villemou ... bo=1&hl=fr</a><!-- m -->
Répondre
#4
XIVème siècle

Jacme Olivier, un marchand narbonnais, cite le village appelé alors Villamostansio (Villamostansione)

<!-- m --><a class="postlink" href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55403b">http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55403b</a><!-- m --> à la page 725
Répondre
#5
Extraits de correspondance de la grande guerre :

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.mounette.girl.free.fr/page1.php">http://www.mounette.girl.free.fr/page1.php</a><!-- m -->

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.mounette.girl.free.fr/page2.php">http://www.mounette.girl.free.fr/page2.php</a><!-- m -->

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.mounette.girl.free.fr/page3.php">http://www.mounette.girl.free.fr/page3.php</a><!-- m -->

<!-- m --><a class="postlink" href="http://www.mounette.girl.free.fr/page4.php">http://www.mounette.girl.free.fr/page4.php</a><!-- m -->
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)